UA-41594785-1 Google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

job - Page 5

  • Les cadeaux entretiennent le Réseau

    réseau,emploi,job,cadeauDans les nombreuses bonnes pratiques du Réseau, il convient de ne pas oublier le "cadeau Réseau".

    J'ai été le premier à en parler lors de la parution de mon livre "Trouver le bon job grâce au Réseau" en 2005, et je constate avec plaisir que l'idée continue de parfaitement fonctionner sur le terrain.

    Pour ceux qui ne connaissent pas ce truc infaillible, voici trois exemples:

    - François arrive en rendez-vous Réseau face à un interlocuteur qui est passionné par la problématique de la recherche du nouveau Business Model de l'industrie pharmaceutique. Au début de l'entretien, au milieu ou à la fin de ce dernier, François offre à son interlocuteur une étude de McKinsey ou un article de la Harvard Business Review sur le sujet. Effet garanti.

    - Isabelle veut relancer un certain nombre de contacts Réseau à qui elle n'a pas donné de signes de vie depuis plus de deux mois. Elle leur envoie de ses nouvelles, accompagnées d'un cadeau (article, étude, résumé de livre, etc.). Imaginons qu'elle veut recontacter vingt personnes, il faut qu'elle trouve des idées pour chacune de ces personnes. Rassurez-vous, un même article passionnant ou un compte rendu de conférence pourra servir à plusieurs professionnels dans la cible à relancer.

    - Henri vient voir un de ses prospects dans le cadre d'une démarche de Business Networking et il lui apporte un livre professionnel qu'il lui remet au début de l'entretien. Excellent moyen de commencer la discussion sur de bonnes bases. Je le confirme puisque, il y a quelques années, une personne m'avait fait le coup et que cela avait parfaitement fonctionné avec moi.

    Pour bien fonctionner, le cadeau doit être:

    - pertinent

    - personnalisé

    - utile

    - inattendu

    - donné au meilleur moment

    - valorisé

    Bonne nouvelle: peu de réseauteurs connaîssent cet accélérateur de Réseau. Alors, qu'en adoptant cette stratégie du cadeau, vous ferez la différence avec vos compétiteurs.

     

  • Optimisez votre démarche de Networking

    Si vous avez besoin de vous faire opérer de la main, vous allez chercher un chirurgien spécialiste de la main. Pas un chirurgien généraliste qui fait un peu de tout, et une main à l'occasion...

    En matière de Networking, c'est la même chose. Les connecteurs et les prescripteurs ne pourront vous recommander que si vous les aidez à comprendre votre spécialité, votre expertise et votre différence.

    Vous pouvez penser qu'en étant trop pointu sur votre spécificité, vous allez passer à côté de plein d'opportunités de jobs ou de business. Or l'expérience nous démontre que c'est tout le contraire qui se produit: en étant trop généraliste ou vague, vous n'intéressez personne.

    Les connecteurs ont besoin de ne retenir que l'essentiel sur vous: ce que vous faites précisement et ce que vous "délivrez".

    En Business Networking, si vous n'êtes pas clairement identifié sur une spécialité, vos efforts seront vains. Vous n'obtiendrez pas de recommandations et vous direz comme certains: "Le Réseau, cela ne marche pas".

    En recherche d'emploi, si votre positionnement n'est pas simple et univoque, votre réseautage va tourner en rond et vous n'aurez pas accès aux décideurs: vous ferez du réseau "salon de thé", sympathique, certes mais chrono-phage et inefficace.

    Donc, en Réseau: focus, focus focus!

  • Intelligence émotionnelle et Networking

    Lorsque l'on parle d'intelligence émotionnelle, on pense immédiatement à Daniel Goleman et à ses différents ouvrages sur le sujet.

    On oublie souvent les travaux de Reuven Bar-On et c'est dommage car c'est lui qui a mis au point le test du "quotient émotionnel" le plus sérieux.

    Ce test, auquel j'ai été certifié en 2008, est fondé sur la mesure des capacités à:

    - être conscient de soi

    - se comprendre et s'exprimer

    - être conscient des autres, les comprendre et entretenir de bonnes relations avec eux

    - faire face à des émotions fortes et au stress

    - s'adapter au changement et résoudre des problèmes de nature différente.

    Bar-On estime que l'intelligence émotionnelle est l'un des meilleurs facteurs explicatifs de la réussite d'un individu. La bonne nouvelle est que, contrairement au quotient intellectuel qui est quasi figé à vie, le quotient émotionnel peut se travailler et s'améliorer.

    Je constate, pour ma part, que c'est un bon indicateur pour évaluer la capacité d'un individu à bien utiliser le Réseau.

    En effet le Networking bien compris nécessite de réunir et d'utiliser les capacités listées ci-dessus par Bar-on. 

    En d'autres termes, la personne remarquablement intelligente au sens du QI mais dont le QE est faible risque d'obtenir des résultats décevants dans son activation du Réseau.

    Les recherches de E. Fishman et de E. Kerem publiés en 2001 dans le "Journal of Social and Personal Relationship" confirme mon constat fondé sur l'accompagnement de plus de 250 personnes en recherche d'emploi: pour que la rencontre Réseau soit fructueuse, il faut qu'il y ait une vraie satisfaction dans l'échange et, pour cela, il faut que les émotions positives s'expriment et passent.

    En d'autres termes, en phase d'activation du Réseau, utilisez toutes les ressources de votre intelligence émotionnelle. Et si ces ressources sont limitées, développez-les!

     

     

  • François Descheemaekere: un précurseur!

    En avril 1989, François Descheemaekere, auteur de "Outplacement, marketing de recherche d'emploi" publiait dans le magazine Challenge un article intitulé: "Changement de job: la technique 'Networking'.

    Cet article est un petit bijou et je me propose de vous en livrer quelques extraits qui, en vingt deux ans, n'ont pas pris une seule ride.

    "Savez-vous que le marché caché est cinq fois plus important que le marché visible? Savez-vous que les offres d'emploi représentent moins de 15% du seul marché visible, les contacts directs, relations et cooptations en représentant plus de 60%? Savez vous que 98% des candidats visent seulement le marché visible et, pire encore, uniquement les petites annonces?" 

    Voilà ce que l'on appelle un bon teasing!

    François poursuit: "Pour mener une recherche efficace, sortez des sentiers battus: visez le marché caché. C'est ce que va vous permettre de faire le networking. Le networking, c'est la constitution, la gestion et l'utilisation d'un réseau relationnel, de manière à maximiser le nombre de contacts et d'atteindre ainsi une population-cible aussi sûrement et aussi efficacement que possible".

    Ses conseils restent vrais aujourd'hui:

    "Etablissez la liste de vos relations personnelles et professionnelles...Etablissez la liste de vos entreprises cibles...Contactez par téléphone chaque personne figurant dans votre liste de relations. Objectif: obtenir un rendez-vous...Rencontrez chacune de ces personnes. Objectif n°1: obtenir des noms d'autres personnes. Objectif n°2: obtenir les noms des personnes pouvant vous mettre en relation avec vos entreprises cibles...Rassurez tout de suite votre interlocuteur en lui précisant bien que vous n'allez pas lui demander un travail, pas plus qu'aux personnes dont il vous communiquera les noms, mais que vous souhaitez seulement recueillir des avis, conseils et suggestions sur votre projet professionnel...Ca y est! Vous avez le contact avec le décideur que vous pouvez aider grâce à vos compétences...A vous de jouer pour le convaincre de vous engager! Mais cela est une autre technique..."

    Tout est dit. Plus exactement tout était écrit depuis...1989!

    Merci François.

  • Piston ou pas piston - Eternel débat

    88% de la population française considère que le piston prime sur le talent! C'est ce que le magazine Le Point daté du 4 novembre souligne en citant l'étude réalisée par Sky Prods. Pire encore, deux tiers des personnes interrogées pensent que le piston a plus d'importance aujourd'hui qu'il y a dix ans! En prime, 50% des testés estime que les dirigeants du Cac 40 ont quasi tous été pistonnés.

    Vous ajoutez à cela l'article paru dans le Challenges du 28 octobre dernier concernant les réseaux des grandes écoles et vous êtes certain d'avoir découragé et dégouté des légions d'étudiants, cadres et fonctionnaires français.

    La réalité est plus complexe que cette analyse sommaire de notre société. Voici quelques éléments de réflexion pour nourrir le débat.

    Oui, le piston existe toujours. Il se manifeste souvent dans le cadre familial (ou amical) et peut être très visible quand, par exemple, un patron installe son fils ou sa fille aux commandes de son entreprise. Il constitue un signe de pouvoir car pour imposer un incompétent à un poste clé, il faut en avoir les moyens.

    Non, le piston ne prime pas le talent. Si vous n'avez pas de compétences et que l'on vous nomme à un poste à responsabilités, vous êtes sûr d'exploser en vol. En revanche, si vous avez du talent et que vous n'avez pas un minimum d'intelligence relationnelle, votre carrière professionnelle risque de sérieusement s'enliser. Citons cet ancien élève de Polytechnique de 46 ans qui se plaignait de ne pas trouver de job en disant: "Je ne comprends pas, j'ai un QI de 180 et personne ne veut m'engager! Qu'est-ce que c'est que ce pays?" Le problème pour lui n'était pas son QI mais son QE (Quotient Emotionnel) manifestement faible.

    Non, tous les patrons du Cac 40 ne sont pas des pistonnés. Ce sont, pour la plupart, des travailleurs précaires - très bien payés - qui ont su tisser un réseau de relations en plus de leur talent de manager. Mais, il suffit de regarder ce qui vient d'arriver à Gilles Pelisson pour comprendre que, du jour au lendemain, leur actionnaire peut les faire sauter. Un vrai pistonné, lui, ne saute jamais.

    Non, il ne faut pas surestimer les réseaux des grandes écoles. Certes, la solidarité existe entre les anciens diplômés mais cette union sacrée est souvent source de déception. Si vous êtes un diplômé d'une grande école au chômage, n'attendez pas d'être reçu automatiquement par tous les grands patrons figurant dans votre annuaire!

    Oui, le Réseau que l'on se constitue tout au long de sa vie professionnelle est précieux. Oui, il faut le cajoler, l'entretenir et bien le servir.

    Oui, à compétences égales, c'est le candidat connu et apprécié par le Réseau, qui décrochera le job ou la promotion. Parce qu'on préfère engager ou promouvoir un candidat "de confiance" qu'un individu dont personne ne peut se porter garant.

    Oui, enfin, il serait temps que l'on enseigne le Réseautage dans les écoles et les universités. Mais là, je me répête.