UA-41594785-1 Google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

emploi - Page 10

  • Stratégies absurdes en recherche d'emploi

    réseau,réseautage,networking,bommelaer,outplacement,enjeux,jobs,emploi,dirigeants,

     

    Connaissez-vous le livre « Les stratégies absurdes » de Maya Beauvallet ? C'est un ouvrage très intéressant, plein d'enseignements.

    Le sujet de la recherche d'emploi n'y est pas abordé, c'est dommage car, en la matière, il y a beaucoup de stratégies absurdes à déplorer chez les candidats en transition de carrière. Examinons-en quelques unes.

    Une première stratégie absurde consiste à se fixer des objectifs inatteignables. Par exemple :

    -  trouver un nouveau job en moins d'un mois
    - répondre à 100 offres d’emploi par semaine
    - rencontrer en face à face tous les chasseurs ciblés dans tous les grands cabinets de chasse de la place
    - faire 15 entretiens Réseau par semaine.

    Une autre stratégie absurde consiste à concentrer tout son temps et toute son énergie sur un seul vecteur de recherche d’emploi (les chasseurs de têtes, par exemple) en occultant tous les autres. Car la recherche d’emploi n’est pas une science exacte et on ne sait jamais d'où viendra la piste du bon job.

    Un autre absurdité est de ne pas avoir de profil sur LinkedIn (et Viadeo), à une époque ou ces deux plateformes sont devenues absolument incontournables.

    Mais la plus belle et la plus classique des stratégies absurdes est de ne pas faire du tout de Réseautage alors qu'il est établi qu'entre 70 et 90% des jobs (pour un cadre confirmé) passe par le Réseau !

    Moralité : évitez les stratégies absurdes, car elles sont synonymes d'échec programmé.

  • Toujours plus d'informations sur les associations de chercheurs d'emploi

    outplacement,associations,emploi,recherche,jobs,alumni,cadresA la suite de mon dernier post intitulé "Hommage aux associations de chercheurs d'emploi", j'ai reçu un certain nombre de commentaires sympathiques et quelques questions auxquelles je me fais un plaisir de répondre via ce billet.

    J'insiste une nouvelle fois sur le fait que ces associations réalise un formidable travail de professionnalisation des cadres en recherche d'emploi (chercher un poste, c'est un job de pro) et de solidarité bienveillante. Il suffit de les rencontrer et de voir tout ce qu'elles mettent en oeuvre pour s'en convaincre.

    Je n'oublie pas dans mon palmarès, mais dans une catégorie différente et complémentaire, le rôle crucial que jouent les associations d'alumni de grandes écoles. Elles aussi participent en effet activement et efficacement au retour à l'emploi de nombreux cadres.

    Vous trouverez une liste de ces associations sur jobfinder.fr.
    L'inscription à cette plateforme est gratuite et il n'est pas nécessaire de prendre l'abonnement payant pour avoir accès à la liste des associations et aux liens donnant accès à chaque site.
    Dans cette liste vous trouverez les associations à Paris, en région parisienne et en province.
    Bien entendu, cette liste n'est pas exhaustive. Aussi, merci d'écrire à contact@jobfinder.fr pour signaler les associations de recherche d'emploi de cadres qui doivent absolument y figurer !

    Merci d'avance.

    Hervé Bommelaer

     

     

  • Hommage aux associations de bénévoles dans la recherche d'emploi

    bommelaer,réseau,réseaux,networking,réseautage,dirigeants,enjeux,outplacement,bénévole,bénévoles,emploi,job,jobs,recherche,avarap,daubigny,oudinotLa pire des choses dans une recherche d'emploi, c'est la solitude.

    Pour éviter de mener sa transition de carrière seul, une minorité de cadres (environ 5 à 7% des candidats concernés) a la chance de bénéficier de l'appui d'un cabinet d'outplacement.

    Pour les autres, la solution réside souvent dans les associations de bénévoles qui œuvrent dans toute la France pour conseiller, accompagner, entraîner et soutenir un maximum de cadres en recherche d'emploi.
    Cette semaine, l'équipe de bénévoles de jobfinder.fr m'a donné, pour que je la valide, la liste des associations qui va figurer sur cette plateforme sur le net dédiée aux cadres supérieurs et dirigeants en quête d'un nouveau poste. 

    Je connais déjà beaucoup d'associations d'aide aux chercheurs d'emploi. J'y interviens à titre amical depuis onze ans. L'occasion était trop belle, aussi, j'ai profité de cette demande de validation pour me promener sur les sites web de la liste proposée. J'avoue que j'ai été impressionné par le professionnalisme, l'engagement, l'énergie qui se dégagent de ces équipes de bénévoles.

    Ce sont ces soldats du retour à l'emploi qu'il faudrait décorer en France. Il y a réellement de nombreuses médailles du mérite à décerner au sein de cette population de bénévoles !

  • Le Réseau vu par les idiots

    Diplome.jpg

     

     

    C'est l'histoire entendue d'un recrutement en 2014.

    Le Président Directeur Général et le Directeur Général échangent leurs points de vue sur les candidats au poste ouvert de Directeur Marketing.

     

    PDG : Alors, Philippe, qui est pour vous le meilleur candidat pour le poste ?

    DG : Il n'y a pas photo, c'est le candidat rencontré lundi, l'actuel Directeur Marketing de Globus, qu'il faut prendre. Il coche toutes les cases en termes de compétences et d'expérience et sa personnalité colle parfaitement avec les valeurs de notre entreprise.

    PDG : Mmm

    DG : Vous n'êtes pas de mon avis ?

    PDG : Effectivement sur le papier, c'est un excellent candidat. Mais il y a un gros problème.

    DG : Ah oui, lequel?

    PDG : il n'a pas fait la même école que nous deux ! Il est diplômé de l'école concurrente !

    Moralité : le recrutement s'est orienté vers un autre candidat qui avait fait LA bonne école. Cette histoire est désolante. Elle traduit hélas les petites guerres stériles que certaines écoles se livrent encore en France alors que la compétition est internationale et se moque éperdument de ces querelles de clocher.

     

  • Rebondir après une période d'essai non concluante

    Gorille.jpgLorsque, après une intensive campagne de recherche, le bon job est enfin trouvé, il faut encore traverser la période d'essai avec succès. Or, les professionnels de l'outplacement le constate: en 2014, les périodes d'essai sont devenues plus aléatoires. Quelquefois parce que la greffe ne prend pas; de plus en plus souvent parce que l'entreprise est confronté à un problème et doit soudainement alléger sa structure. Dans ce cas, elle applique la bonne vieille méthode LIFO (Last In, First Out).

    Pour le candidat pour qui tout se passait parfaitement, le coup est dur à encaisser.

    Le bon job difficilement décroché s'évanouit en quelques heures et il faut se remettre à chercher un nouveau poste! 

    Il faut REBONDIR. C'est ce qu'à fait Didier récemment. Voici les 6 conseils qu'il nous donne pour relancer avec succès une démarche de recherche de job:

    1) digérer l'échec avant de ré-attaquer le marché et se reconnecter au Réseau. Cela peut prendre quelque jours.

    2) Préparer et peaufiner le discours que l'on va tenir au marché et au Réseau. On peut ainsi présenter le dernier poste éphémère comme une mission si l'employeur est d'accord avec cette version.

    3) Mettre à jour tous ses outils (CV, fiche contact, profils sur Internet, etc.)

    4) Envoyer un Cv à jour aux chasseurs de têtes en mentionnant la dernière expérience.

    5) Alerter tous ses contacts Réseau de la nouvelle situation. Ceux qui étaient au courant du nouveau job. Et ceux qui n'étaient pas encore avertis à qui il faut tenir le discours de la mission qui s'achève.

    6) Garder la foi, avoir confiance, croire en soi et en son destin. 

    Didier a retrouvé rapidement un nouveau job. Il a envoyé un mail personnalisé à 60 personnes qu'il avait rencontrées les mois précédents. La majorité des destinataires a répondu avec un mot sympathique. Et, in fine, un mois après son mailing, un des individus - un lien faible - qui n'avait pas pris la peine de répondre - lui a signalé que tel dirigeant était à la recherche d'un bras droit et qu'il serait bon de l'appeler. Quelques semaines plus tard Didier signait un CDI.