UA-41594785-1 Google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

emploi - Page 13

  • Un entretien Réseau de légende

    Singe pistolet.jpgRécit de Georges Kaplan, Directeur de la stratégie chez Hitch & Allen, qui raconte un entretien de légende avec un networker "spécial":

    L'homme prit place devant moi. Il était manifestement bloqué, au point qu'il ne pouvait parler que par le truchement d'une poupée de ventriloque.

    Il se présenta en quelques phrases lapidaires. Mal à l'aise dans cet exercice, il insista sur sa loyauté en me disant qu'il était particulièrement "rectal avec ses supérieurs". Il mit également en avant son gros réseau en m'expliquant qu'il avait "beaucoup d'entrejambes".

    Son projet professionnel était aussi clair qu'un cours de mécanique des fluides pour un bouledogue lobotomisé. Je lui en fit la remarque avec des mots choisis et mouchetés pour ne pas le vexer. Il m'expliqua qu'à son humble avis mon QI devait certainement plafonner au même niveau que ma température corporelle.

    Je crus qu'il plaisantait mais ses yeux exorbités, son souffle court et le léger filet de bave incontrôlé qui coulait le long de sa lèvre inférieure indiquaient qu'il était on ne peut plus sérieux.

    Lorsque je pris la parole pour lui expliquer ma vision du métier, je remarquai que, sous ses sourcils broussailleux, ses petits yeux noirs inquiets s'agitaient bizarrement tels deux yoyos frappés d'un parkinson frénétique.

    Sentant que je le dévisageais pour mieux le décrypter, il cacha subitement son regard soupçonneux derrière des lunettes noires aux verres aussi épais qu'un club sandwich.

    Par le suite, chaque fois qu'il me posait une question, il ponctuait celle-ci par un rire plus proche du hennissement de cheval que du subtil gloussement contrôlé admis dans les règles internationales du Réseau.

    Il n'oublia pas de me demander des contacts, comme le Réseau le commande une fois que le lien entre deux individus consentants est établi. Il a sorti alors de sa valise l'annuaire des pages jaunes de Paris en commençant par les lettres Aa. D'un façon habile et avec une grande finesse, j'ai commencé à lui expliquer lentement que je ne lui donnerai pas de noms compte tenu de projet anémique. Il arriva subtilement à me faire changer d'avis en sortant un Python 357 magnum et un Walther PPK chargés et en les posant sur mon bureau, les canons négligemment dirigés vers ma cravate Hermès. 

    Enfin, lorsque je lui signifiai la fin de l'entretien, il se lança dans un long et ésotérique remerciement dans lequel il me situait globalement entre le génie céleste d'Einstein et le zénith du raisonnement du babouin primate du centre de l'Amazonie.

    Je le raccompagnai à la porte de mon bureau. Au lieu de me tendre la main comme la bienséance le prescrit, il me tendis une banane que je serrai mollement de peur qu'elle ne soit trop mûre.


     

  • Réseau: quand le melon nous prend le chou

    Chien sérieux.jpgDans votre démarche de réseautage, il peut que vous tombiez un jour sur le fat. Cet individu se distingue par un ego hypertrophié qui a réduit à néant, chez lui, tout atome de lucidité et de modestie. Gonflé de son importance, bouffi par son statut et couperosé de suffisance, le fat a clairement pris la grosse tête. A ce titre, c'est un personnage intéressant du bestiaire du Networking.

    Ce faraud daigne vous recevoir car vous venez de la part de quelqu'un qu'il considère comme étant au moins son égal. Il consent à vous écouter brièvement et va passer le reste de l'entretien à se pavaner dans son autosatisfaction.

    Vous vous rendez vite compte, en face de lui, qu'il a pris le melon. Que dis-je, ce n'est même plus un melon, c'est une véritable pastèque! 

    Le fat n'est ni méchant, ni toxique. Il est juste prétentieux et suffisant. Il ne faut cependant pas fuir cet hypertrophié du bulbe, il convient d'en tirer le meilleur en ne le contredisant pas. Si vous entrez dans son jeu, il peut être disposé à vous aider et vous ouvrir son carnet d'adresses garni de fruits généreux, de melons et de pastèques.

    Le fat redescend sur la planète terre le jour où, à son tour, la superbe société dont il constitue un rouage indispensable lui demande de débarrasser rapidement le plancher et d'emporter sa collection de nains de jardin chez lui pour laisser la place... à un remplaçant tout aussi indispensable. 

  • Entrer par la porte, la fenêtre, le vasistas, la chatière puis le trou de souris

    Ours curieux.jpgDidier me raconte son histoire ô combien édifiante.

    Il repère en octobre une annonce sur Cadremploi et y répond en joignant son CV. La plupart des chercheurs d'emploi s'arrête souvent à cette étape. Pas Didier.

    Dans la mesure où la même annonce figure également sur le site de la filiale française du grand groupe américain concerné, Didier envoie en parallèle un courriel de candidature et son CV à l'adresse RH indiquée. Tout le monde s'arrêterait là. Pas Didier.

    Il décide de fouiller LinkedIn et Viadeo pour trouver les décideurs concernés par ce recrutement spécifique. En cherchant bien, il trouve sur LinkedIn deux personnes pouvant être le N+1 potentiel et donc le décideur pour ce poste. Chance: il trouve également un connecteur lui permettant de prendre contact avec l'une des deux personnes cibles.

    Bonne pioche: le connecteur parle de Didier à la cible. Celle-ci le contacte et lui donne un premier rendez-vous. Cinq entretiens plus tard, Didier est engagé. Le DRH le félicite et lui demande cependant d'accomplir  une dernière formalité: "Ce serait bien, cher Monsieur, pour bien montrer que nous avons suivi le process imposé par notre maison mère américaine, que vous postuliez officiellement sur notre site".

    Didier s'exécuta dans les heures suivantes. Il n'avoua jamais qu'il avait déjà postulé pour ce poste sur le site de l'entreprise quelques semaines auparavant...

  • Dépasser son premier cercle ou tourner en rond

    Chat souriant.jpgDans le réseautage en recherche d'emploi, on constate que ce n'est généralement pas dans son premier cercle, c'est à dire grâce aux personnes que l'on connaît et qui nous connaisse, que l'on trouve le bOn jOb. C'est plus généralement dans les deuxième, troisième ou quatrième cercles qu'on détecte et décroche le "tOp pOste".

    Il est donc essentiel de sortir rapidement du satané confort de son premier cercle et de se faire de nouvelles relations. Il faut quitter la douce piscine chauffée à 29° et affronter les vagues froides, rugueuses et salées de l'océan que représentent toutes ces personnes inconnues à qui l'on va demander de nous recevoir.  

    Je constate d'ailleurs que les individus qui déclarent que: "le Networking, cela ne marche pas", pensent que le Réseau se limite aux personnes avec lesquelles ils sont déjà en contact. Erreur funeste et croyance mortifère hélas encore fortement partagée.

    Le premier cercle constitue un simple tremplin qui doit propulser vers les autres cercles plus larges et plus productifs. Et le meilleur moyen de passer d'un cercle à l'autre est - et reste - la recommandation, c'est à dire la possibilité de prendre contact avec une personne inconnue de la part d'une connaissance commune.

    A vous de jouer maintenant: haro sur les deuxième, troisième, etc. cercles. Et que la Force du Réseau soit avec vous!

  • Pas de reco au frigo


    Frigo.jpgDans le cadre d'une recherche d'emploi via le Réseau, votre objectif est de vous rendre:

    - visible

    - lisible

    - attractif

    au sein de l'écosystème défini par votre projet professionnel croisé avec vos cibles.

    Pour cela vous devez rencontrer des personnes que vous connaissez (votre premier cercle) qui vont vous connecter à leurs propres relations. Et ce deuxième cercle va vous connecter à des personnes du troisième cercle et ainsi de suite.

    Dans cet exercice, je vous conseille vivement de ne jamais mettre de recos au frigo ou au congélo. En d'autres termes, lorsqu'on vous donne le nom d'une personne à contacter, faites-le dans les quatre jours qui suivent.

    Pourquoi?

    Parce que:

    1) c'est de la politesse élémentaire (fondamentale en matière de Networking);

    2) quelquefois le connecteur prévient, sans vous le dire, l'individu dont il vous a donné les coordonnées;

    3) si le connecteur rencontre ou communique avec le contact qu'il vous a donné quelques semaines après votre rendez-vous et que sa relation lui dit que vous ne l'avez pas contactée, c'est pas bon pour votre image dans le Réseau.

    Moralité: soyez très attentif à ce que certains considèrent comme un détail. C'est ce genre de détail qui fait la différence entre le bon et le mauvais réseauteur.

    Last but not least. Si pour un raison ou une autre, vous ne voulez pas appeler un contact donné, prévenez le connecteur! Dites-lui que vous ne le contactez pas tout de suite et que vous le préviendrez quand vus le ferez.