UA-41594785-1 Google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

emploi - Page 16

  • Bravo, merci et pardon

    bommelaer,réseau,networking,outplacement,enjeux,dirigeants,emploiPour atteindre son but en matière de Networking, il faut:

    - un objectif

    - de la méthode

    - et de la persévérance.

    Hélas, beaucoup de réseauteurs amateurs ne réunissent aucune de ces trois composantes.

    Ensuite, pour entretenir efficacement le Réseau, il faut constamment utiliser trois mots clés:

    Bravo,

    Merci,

    Pardon.

    Bravo: car il est important de féliciter les membres de son réseau lorsque l'opportunité se présente. C'est agréable de recevoir des félicitations et c'est tout aussi gratifiant de les envoyer. 

    Merci: parce que l'on ne remercie jamais assez les personnes du Réseau pour tout ce qu'ils nous apportent. On oublie toujours un "merci" ça et là.

    Pardon: car en matière de Networking - comme dans la vie quotidienne - nous faisons des erreurs et qu'il est sain de les reconnaître pour améliorer nos relations avec les autres.

    Ces mots clés sont à utiliser sans modération avec tout le Réseau, sauf avec les toxiques, bien sûr. Ceux-là, il faut les éloigner grâce à trois autres mots:

    Non,

    Non merci,

    Adieu.

  • Networking is a Full Time Job

    bommelaer,enjeux,dirigeants,outplacement,réseau,networking,réseautage,emploiEcoutons Martin Seligman, le Pape de la psychologie positive:

    "Anders Ericsson dit que la clé de toutes les expertises de haut niveau n'est pas le génie conféré par Dieu mais la pratique délibérée, c'est à dire la quantité de temps et d'énergie consacrée à une pratique volontaire...Un pianiste de niveau mondial totalise 10 000 heures d'entraînement quand il arrive à l'âge de vingt ans, à comparer aux 5000 heures du pianiste de moindre niveau...Le conseil qu'il édicte est simple: pour devenir le meilleur dans une discipline quelle qu'elle soit, il faut y consacrer soixante heures par semaine pendant dix ans." 

    Martin Seligman et Anders Ericsson sont en phase avec ce que disait Malcom Gladwell dans son livre "Outliers": les meilleurs sont avant tout des gros bosseurs, des travailleurs acharnés et passionnés. 

    Martin Seligman ajoute aux heures de travail et d'entraînement une autre qualité essentielle: l'autodiscipline. Roy Baumeister, un des grands noms de la psychologie sociale, désigne l'autodiscipline comme la reine des vertus, la force qui permet aux autres forces d'exister. Et celle-ci se manifeste sous une forme extrême: la détermination.

    Angela Duckworth a mis au point un test d'évaluation de la détermination, le test GRIT, que je vous encourage à passer. Vous le trouverez dans le livre de Seligman et sans doute aussi sur Internet.

    Dans mon métier qui consiste à accompagner les dirigeants en recherche d'emploi, je constate que la réussite est rarement immédiate et qu'elle s'accompagne d'un réel travail sur soi, d'apprentissage des techniques d'approche du marché du travail et, bien sûr, du Réseautage. C'est un full time job et la détermination constitue le principal facteur clé de succès.

    Pour finir, je réponds au commentaire que Frédéric Falmer a eu la gentillesse de m'envoyer la semaine dernière en me demandant comment j'arrivais à produire un billet sur le Réseau par semaine. Ma réponse est simple: pour moi le Réseau est un full time job. J'y travaille et y pense plus de 60 heures par semaine depuis plus de 10 ans.

  • Le pire rendez-vous Réseau de ma campagne de Networking


    bommelaer,enjeux,dirigeants,outplacement,emploi,réseau,networkingJe m'appelle Henri, je suis Directeur Financier et, il y a un an, j'ai commencé un accompagnement en outplacement avec Herve Bommelaer.

    Mon objectif était de retrouver un poste de Directeur Financier. La difficulté résidait dans le fait que je ciblais le secteur du luxe alors que je venais de l'univers des medias (presse puis radio)...

    Après avoir effectué le travail de visibilité auprès des chasseurs de têtes et sachant que je ne trouverai rien sur les job boards, je me suis lancé à corps perdu dans l'activation du Réseau. J'ai commencé par solliciter des rendez-vous auprès de mon premier cercle qui m'a connecté au deuxième cercle. 

    Beaucoup de professionnels ont accepté de me recevoir et m'ont donné des conseils. Jusqu'à ce jour funeste où j'ai rencontré Isabelle, Directrice Financière, d'une filiale d'un des grands groupes que je visais.

    C'est Herve qui m'avait donné son nom. A priori, l'entretien devait être cordial et facile puisque c'est ce même Herve qui l'avait accompagnée pendant sa recherche d'emploi quelques années avant.

    Isabelle me reçut froidement et, après ma PP2M et ma demande de conseils, elle commença à me questionner sur mes motivations pour rejoindre le secteur du luxe. A chacune de mes réponses, elle faisait la moue et me lançait un commentaire du style: "c'est banal, ce que vous dites", "vous ne me convainquez pas" et "il y a tellement de gens qui veulent entrer dans notre secteur"...

    A la fin de l'entretien, dépité, je ne lui ai même pas demandé des contacts...

    Je suis rentré chez moi déprimé et, le lendemain, j'ai raconté mon histoire à Hervé en lui disant que cela avait été le pire rendez-vous Réseau de ma courte carrière de networker!

    Un mois après cet entretien, Isabelle m'appelait pour me parler d'un poste qui se libérait dans le groupe. Quatre mois plus tard, après 7 entretiens, je prenais le poste.

    Pour la peine, quelques semaines après mon arrivée au siège, j'ai invité Isabelle à déjeuner.

    Moralité: on ne sait vraiment jamais comment va se passer un rendez-vous Réseau. Et, surtout, ce qu'il va produire!

     

  • L'art de créer une relation forte et durable avec un inconnu du Réseau

    Différence.jpgSi vous aimez le story-telling, voici une histoire vraie qui devrait vous plaire: celle de Charles qui vient rencontrer, via le Réseau, le président d'une grande entreprise industrielle.

    "A peine introduit, je vis une secrétaire passer la tête par la porte d'un bureau adjacent et annoncer à son chef qu'elle n'avait pas de timbres pour lui aujourd'hui. "Je collectionne les timbres pour mon fils qui a douze ans" expliqua le président.

    J'expliquai le but de l'entretien et commençai à poser mes questions. Mais le président se montra extrêmement vague, réticent et nébuleux. Il ne désirait pas s'investir et rien ne l'incitait à parler. L'entrevue fut brève... et stérile.

    Franchement, je ne savais pas quoi faire. Alors je me souvins de la remarque de la secrétaire, des timbres et du fils...

    Le lendemain, je retournai voir cet homme. Je lui fis passer le message l'informant que je lui apportais des timbres pour son fils... Ah! mes amis, quel accueil! Il n'était que sourire et bonnes dispositions... Pendant trente minutes, nous avons parlé timbres, tout en regardant la photo de son fils. Puis cet homme important passa une heure à me donner tous les renseignements que je désirais, et que je n'avais même pas eu à lui demander. Après m'avoir révélé tout ce qu'il savait, il fit appeler certains de ses collaborateurs pour les interroger...Il me combla de rapports, de chiffres et de correspondants à contacter. Un triomphe sans précédent!"

    Cette histoire est tirée d'un livre célèbre publié en ...1936!

    Son titre: "Comment se faire des amis" de Dale Carnegie.

    Cet ouvrage est la Bible du Réseau. Je m'y replonge régulièrement avec toujours la même délectation. L'histoire ci-dessus se passe de commentaires. Elle est tout à fait d'actualité (en remplaçant les timbres par un passion de gamin de 12 ans d'aujourd'hui.)

  • Réseauter pour réussir son intégration (2)

    Copains.jpgPour réussir son intégration dans une nouvelle entreprise, il faut concilier deux éléments : les compétences et la création d’un réseau à l’interne. Vos qualités relationnelles sont capitales durant ces premiers mois d’observation. On vous jugera autant sur vos actes concrets que sur votre capacité à écouter, à observer et à comprendre. C’est à vous de décoder la culture et les us et coutumes de votre nouvelle tribu. Pour cela, faites preuve d’humilité – mais pas de timidité – et jouez bien le jeu de l’équipe au lieu de commencer à aller dribbler tout seul devant le but adverse. Cette règle s’avère importante aussi pour les managers qui prennent leur poste et sont appelés à gérer une équipe. Ils doivent éviter d’appliquer le mushroom management, qui consiste à considérer ses collaborateurs comme des champignons en :

    ·         les laissant dans l’ombre ;

    ·         les nourrissant de moisissures ;

    ·         leur coupant la tête dès qu’ils grandissent trop vite ;

    ·         les éliminant dès qu’ils deviennent envahissants.

    Le Réseau en interne consiste à créer des partenariats professionnels au sein de votre nouvelle entreprise. Ces alliances positives concernent tout le monde : il s’agit non seulement de se rapprocher de ses supérieurs hiérarchiques et de ses pairs, mais aussi de tout le personnel de la société : collaborateurs, hôtesses, assistantes, responsables administratifs, etc.

    Ces alliances positives et tacites vont faciliter votre travail et accroître votre efficacité. Mais ces liens se tissent jour après jour et ne fonctionnent que si l’on est prêt à donner avant de recevoir.