UA-41594785-1 Google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chasseurs

  • Comment rencontrer les chasseurs de têtes qui ne veulent surtout pas vous voir

    Beaucoup de chercheurs d'emploi ne comprennent pas pourquoi les chasseurs de têtes refusent de les rencontrer. Ils constatent amèrement que ces dénicheurs de talents qui les appelaient régulièrement lorsqu'ils étaient en poste, ne veulent même pas les prendre au téléphone maintenant qu'ils sont "en transition de carrière". Et, dans cette période difficile de recherche d'emploi qu'ils vivent, ils perçoivent cette attitude comme du mépris alors que ce n'est que le mode de fonctionnement habituel de ces professionnels du recrutement.

    Lire la suite

  • Pourquoi le Réseau est essentiel pour aussi être appelé par les chasseurs de têtes

    réseau,networking,dirigeants,bommelaer,outplacement,réseautage,chasseurs,emploi,recrutementJe vois encore des néophytes de la recherche d'emploi qui ne jurent que par les chasseurs de têtes. Pour eux, les bons postes passent uniquement par ce canal et, de ce fait, ils concentrent leur recherche à 100% sur ces professionnels du recrutement et oublient tout le reste !
    L'adepte du "tout chasseur" a, bien sûr, tort.
    Et en plus, il prend le risque qu'aucun chasseur ne l'appelle.
    Sept points à intégrer pour comprendre.

    Lire la suite

  • Réseau : faire des chasseurs de têtes vos alliés dans votre recherche d'emploi

    Cibler.jpgLe candidat en quête d'un nouveau job est souvent déçu par les chasseurs de têtes qui ne répondent pas à ses appels et qui de daignent pas le recevoir. Comment changer cet état de fait et faire en sorte que les chasseurs passent de l'indifférence à une vraie envie de vous aider ?

    Lire la suite

  • Avez-vous apprécié votre dernier entretien en cabinet de recrutement?

    rhadvisor,bommelaer,chasseurs,recrutement,cabinets,réseau,Le consultant vous a-t-il reçu à l’heure ?
    Les questions étaient-elles en rapport avec le poste ?
    Avez-vous su quelles étaient les suites données à votre candidature ?

    Vous avez désormais la possibilité de dire tout ce que vous souhaitez (ou presque !) sur le cabinet qui vous a reçu en entretien, grâce à RH Advisor, premier comparateur de professionnels du recrutement.

    Votre avis est précieux pour le Réseau (communauté des candidats, entreprises et professionnels du recrutement) car :

    -          Vous faites remonter les informations aux cabinets et contribuez ainsi à améliorer leurs pratiques.

    -          Vous mettez en avant les vrais professionnels auprès des entreprises potentiellement clientes.

    -          Vous aidez les candidats qui y trouvent là de précieuses informations pour préparer leur rencontre avec les cabinets.

    -          Vous contribuez au classement des professionnels les plus appréciés des candidats.

    Parce que l’expérience candidat est plus que jamais un thème important dans les cabinets de recrutement, allez sur RH Advisor pour laisser votre évaluation : http://www.rhadvisor.com/candidats/temoigner.html

    Afin que votre avis apporte véritablement quelque chose à la communauté, votre propos doit remplir deux conditions pour être accepté :

    1.       Il doit être étayé, constructif, qu’il soit positif ou négatif.

    2.       RH Advisor doit pouvoir vous identifier (via votre mail/CV ou profil Facebook)

    Vos propos apparaissent en anonyme sur le site (plus d’infos sur la charte des évaluations : http://www.rhadvisor.com/charte-notation.html).

    Vos données ne sont bien sûr pas revendues à des sites tiers (déclaration Cnil).

    Alors, à vos avis ! Sur RH Advisor (www.rhadvisor.com). Le Réseau vous remercie d'avance!

     

     

  • Les chasseurs de têtes sont aussi des réseauteurs

    bommelaer,chasseurs,outplacement,emploi,réseau,recrutement,dirigeants,Cette année, bonne nouvelle, deux guides sur les chasseurs de têtes sortent en même temps: "Le Guide des professionnels du recrutement" aux Editions du Management et "le Guide des Conseils en Recrutement" du Cercomm.

    Ces deux guides complémentaires sont des mines d'information sur un métier qui bouge sans cesse.

    Dans le premier ouvrage, dont c'est la 8e édition, il faut lire la très intéressante introduction. On y trouve des informations de qualité. Ainsi on apprend que les Editions du Management et Oasys ont mené une nouvelle étude, la troisième en huit ans, sur les cabinets de recrutement et il ressort de cette dernière que:

    - la généralisation de l'usage des réseaux sociaux comme outils de sourcing est désormais acquise. Tous les cabinets utilisent aujourd'hui LinkedIn et Viadeo. Ainsi 27% des candidatures de l'échantillon étudié viendrait des réseaux sociaux, 25% des CV ou des contacts personnels des consultants, 23% par l'approche directe, 19% des job boards, 17% des candidatures spontanées et 8% par les annuaires professionnels.

    - les clients des cabinets de chasse de têtes recherchent des candidats en donnant priorité à deux critères: l'expérience du métier et la personnalité. Le diplôme, la formation, l'expérience du secteur et la maîtrise des langues arriveraient dans un deuxième temps.

    - le clonage constitue toujours la règle. Les clients sont très conservateurs dans leur approche du recrutement. Dans une mission sur deux, le consultant présente un outsider mais c'est très souvent un des candidats clones qui est finalement choisi.

    Les professionnels du recrutement, le guide a recensé environ 1100 cabinets en France, peuvent voir l'avenir de deux façons:

    - de façon positive, car non seulement l'Apec prévoit une augmentation régulière du nombre de recrutement de cadres dans les années à venir mais encore les cabinets ne couvrent qu'une part limitée de ce marché (contrairement à d'autres pays);

    - de façon négative en considérant que les réseaux sociaux vont pousser les entreprises à se passer de leurs services.

    Concluons de façon pragmatique: les meilleurs seront toujours là dans cinq ans, avec de plus grosses parts de marché.