UA-41594785-1 Google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bonnes pratiques Réseau - Page 12

  • Un facteur clé de succès trop souvent négligé

    bommelaer,réseau,réseautage,networking,recherche d'emploi,recrutementEn matière de Réseau, il est frappant de constater que de nombreux "réseauteurs" oublient un élément essentiel dans leur activation: l'observation des règles élémentaires de la politesse.

    L'exemple le plus classique, c'est la personne que vous accueillez en rendez-vous Réseau et qui ne prend pas la peine de vous remercier par mail ou par courrier le lendemain. Autre exemple: le réseauteur auquel vous donnez deux contacts et qui ne pense pas à vous faire un retour (par téléphone ou par mail) des deux rendez-vous qu'il a obtenus grâce à vous. Et le summum consiste à apprendre la nomination du "candidat réseau" (que vous avez reçu et conseillé) par voie de presse: la personne a trouvé un nouveau job et elle n'a pas eu le réflexe de vous en informer… Elle a d'ailleurs eu le même comportement désinvolte avec tous les professionnels qui, de près ou de loin, l'ont accompagné ou accueilli au cours de sa quête.

    L'impolitesse dans le cadre du Networking est nuisible à l'image du candidat. Elle est aussi préjudiciable à son efficacité car s'il ne maintient pas un contact régulier avec les personnes qu'il a rencontrées, il se fait oublier d'elles. Or dans le cadre de l'activation du Réseau en recherche d'emploi, il est aussi important de rencontrer de nombreux professionnels proche de ses cibles que de maintenir un contact dans la durée avec chacun d'entre eux.

    Le Réseau est exigeant et possède une bonne mémoire. Le professionnel qui ne respecte pas les règles élémentaires de la politesse se grille tôt ou tard auprès du Réseau et se fait bêtement oublier par des informateurs/connecteurs/recruteurs potentiels! En outplacement, l'atelier politesse devrait être le premier atelier proposé aux candidats.

     

  • De la stupidité dans la pratique du Networking

     

    stupid idiots.jpg

    Carlo Cipolla, dans son livre "Les lois fondamentales de la stupidité humaine" classe les individus en quatre catégories: les intelligents, les bandits, les crétins et les stupides.

    Il part du principe que, dans l'interaction entre deux individus, chacun tire de l'autre un gain ou une perte et, en même temps, cause un gain ou une perte.

    Il existe donc quatre schémas possibles ++ ;  - + ; + - ;-- qui expliquent les quatre types d'individus.

    L'intelligent est celui qui agit avec une autre personne en entraînant un gain pour les deux.

    En revanche, le crétin mène une action où il subit une perte et produit un avantage pour son interlocuteur.

    Le bandit correspond au schéma inverse puisque ce dernier tire un gain de son action et fait perdre l'autre.

    Enfin, le stupide est "celui qui entraîne une perte pour un autre individu ou pour un groupe d'individus, tout en ne tirant lui-même aucun bénéfice et en s'infligeant éventuellement des pertes".

     

    Cipolla constate plusieurs choses:

    1) On sous-estime toujours inévitablement le nombre d'individus stupides existant dans le monde.

    2) Les stupides sont partout, dans toutes les classes sociales, dans tous les métiers, même chez les prix Nobel.

    3) Les intelligents sous-estiment toujours la puissance destructrice des stupides.

    5) L'individu stupide est plus dangereux que le bandit.

     

    Les réseauteurs avertis trouveront un grand bonheur à lire Cipolla. En analysant leur pratique du Networking, ils constateront que le Réseau fonctionne parfaitement s'il se fait entre personnes "intelligentes". Ils reconnaîtront ça et là quelques stupides qui bêtement ne jouent pas le jeu. Ils devront surtout faire attention à ne pas devenir des bandits… Pour ce qui est du crétin, je fais confiance au bon réseauteur pour échapper à cette catégorie.

     

    L'auteur - le livre. Carlo M. Cipolla (1922 - 2000) était professeur d'économie à l'université de Berkeley et à l'Ecole Normale Supérieure de Pise. Il a publié aux Etats-Unis, en 1976, un livre intitulé "The Basic Laws of Human Stupidity". Ce livre vient enfin d'être édité en français aux Presses Universitaires de France. Il fait une soixantaine de page et coûte 7 euros.

     

  • Ce n'est pas de ma faute, ce sont les hormones

    Hormone.jpgConnaissez-vous l'ocytocine? Non?

    C'est simplement la molécule qui explique votre aisance dans le réseautage.

    Moralité, si vous réseautez comme une enclume, ce n'est pas de votre faute, c'est hormonal.

    Selon Paul Zak, l'auteur de The Moral Molecule, l'ocytocine jouerait un rôle important dans nos comportements et dans notre personnalité.

    En effet, les personnes bien pourvues en ocytocine seraient, selon Zak (neurologue dans le civil), plus sensibles, plus empathiques et plus généreuses vis à vis d'inconnus. Elles seraient également plus confiantes et plus ouvertes.

    La revue Pharmacology va encore plus loin puisqu'elle cite, dans son numéro de décembre 2011, une étude qui montre que l'administration intranasale d'ocytocine développerait la confiance en soi, diminuerait la timidité et améliorerait la sociabilité des introvertis.

    Quelle révolution pour les réseauteurs! Plus besoin de se ruer sur les livres de "Networking pour les nuls", il suffit simplement de se faire prescrire cette hormone du Réseau pour devenir le roi du réseautage.

    Parfait, mais avant que cette potion magique soit disponible, que pouvons-nous faire?

    Selon le bon Docteur Zak, en attendant de s'enfourner des tonnes d'ocytocine dans le narines, il suffit de recueillir des signes de confiance de la part de ses relations pour en sécréter naturellement.

    Depuis le temps que je dis qu'il faut fuir les toxiques comme la peste!

  • Wanna Be, Never Was, Is, Was, Has Been

    Joueur de baby.pngDans le Réseau et la vie professionnelle, nous connaissons tous des has been. Nous nous en moquons gentiment sans nous douter que nous sommes peut être déjà considérés comme des has been par des plus jeunes que nous dans notre métier...

    Le concept de has been est un bon moyen de réfléchir à son positionnement actuel par rapport à son objectif professionnel (d'où l'importance d'avoir un objectif).

    Vous pouvez, en effet, être:

    Un Wanna Be: c'est à dire une personne qui a le potentiel d'obtenir ce qu'il vise. C'est un bon positionnement mais attention de ne pas rester trop longtemps dans cette catégorie...

    Un Never Was: c'est le professionnel qui n'a pas atteint son objectif et qui risque de ne jamais l'atteindre. Si vous êtes dans cette catégorie, il est opportun de réfléchir à une nouvelle orientation, un nouveau métier, etc.

    Un Is: c'est le "roi du pétrole"; c'est la catégorie reine où, dans l'absolu, il faut être. On ne peut l'atteindre qu'en passant par l'étape Wanna Be et, attention, on peut en sortir sans s'en rendre compte. Et avoir beaucoup de mal à y revenir...

    Un Was: c'est un ancien Is. Mais rien n'est perdu pour lui car il peut redevenir un Is. Soit dans le même domaine, soit dans un autre univers. C'est une question de choix, d'énergie et de persévérance.

    Un Has Been: c'est un Was qui dure et dont le retour au Is est de plus en plus compromis.

    François Hollande, dans son métier, est un bon exemple d'un Wanna Be qui est devenu un Is en devenant Premier Secrétaire du PS. Puis il est tombé dans le Was et certain l'avaient ensuite rapidement classé dans la case Has Been.

    Erreur! Il a su revenir en force dans le Is. Pour cinq ans. Comme quoi, rien n'est jamais joué.

     

  • Se former tout en réseautant

    Einstein.pngSi vous voulez vous former tout en faisant du Réseau, il existe une solution: GERME.

    GERME est un organisme de formation créé en 1998 réservé aux cadres managers pour leur permettre de s’entraîner, de réseauter, de partager et d’enrichir leurs pratiques managériales au sein de leurs organisations.

     

    Devant le succès du groupe de Paris, un nouveau groupe parisien est en cours de création. Si cela vous intéresse, sachez que le vendredi 22 juin 2012 (matin) se tiendra la réunion constitutive.

    GERME s'organise autour de petits groupes de formation composés d’une vingtaine de membres, de proximité géographique mais d’univers différents.

    GERME adopte une pédagogie « sur mesure » puisque chaque groupe définit son propre programme de formation sur des problématiques communes.

     

    Ce programme est composé de deux parcours annuels de 4 jours chacun. Un parcours comprend 3 journées de formation avec l’intervention d’un expert (référencé par GERME) sur le thème choisi, et une journée atelier/entraînement pour progresser ensemble par des échanges et une mise en pratique.

     

    Ce parcours de formation est financé par l’entreprise du manager. Il est réservé aux personnes en poste.

    Il coûte 2 650 € HT et se déroule sur huit journées.

     

    A ce jour, les entreprises suivantes seront représentées dans le nouveau groupe en cours de constitution :

    PMU, AXA France, BNP PARIBAS, QUALIUM-INVESTISSEMENT, KILOUTOU, BAYARD PRESSE

     

    N'hésitez pas à contacter de ma part: Hélène ALBERTINI

    helene.albertini@efh.fr

    06 11 60 28 23