UA-41594785-1 Google

« la relation qui essaye de vous aider, maladroitement | Page d'accueil | Les Gros Lourdauds du Réseau »

24/06/2012

La théorie des petits cadeaux

réseau,bommelaer,networking,l'espace dirigeants,réseautageReid Hoffman est cofondateur et Président exécutif de LinkedIn. Il a publié un article intéressant repris dans le numéro de juin de l'Expansion Management Review.

L'interrogation de départ de Hoffman est de savoir quels genres de personnes constituent de bons alliés dans le cadre d'une carrière ou d'une relation d'affaires. Il explique qu'au fil des années, il est parvenu à classer ses relations en quatre catégories.

 

1) TYPE 1 : "Je ferai quelque chose pour vous si vous faites quelque chose pour moi".

Ces personnes ne s'engagent que si elles sont sûres d'être "payées" en retour. Elles exigent soit un résultat immédiat, soit des solides garanties sur un futur proche. Ce partenariat est souvent risqué car vous êtes forcé de redonner rapidement ce que l'on vous a octroyé.

2) TYPE 2: "Je ferai les choses pour vous mais en tenant les comptes"

Cette catégorie de personnes considère que toute relation est affaire de contreparties. Si ces alliés vous rendent un service, vous leur devez quelque chose. Pas immédiatement, mais dans un mois ou une année. Votre compte est débiteur et il faudra l'équilibrer un jour ou l'autre. Attention car ces personnes ont souvent le réflexe de surestimer leur contribution...  

3) TYPE 3: "Je m'investis dans cette relation et j'en attends autant de vous à long terme"

Les individus de cette catégorie s'investissent dans des alliances en considérant que chaque partie saura honorer ses engagements. Il n'y a pas de notion de réciprocité. Il n'existe pas de date butoir. Dans cette relation, la bonne communication est essentielle pour éviter les doutes ou les mauvaises interprétations.

4) TYPE 4: "Je m'investis dans cette relation car c'est le bon choix"

Les personnes du type 4 n'ont pas d'attentes explicites de retour. Leur compensation, c'est le sentiment d'avoir amélioré la relation, et la satisfaction d'avoir aidé quelqu'un. Le lien établi peut être durable et satisfaisant même si les gains personnels sont quelquefois limités. Mais, dans certains cas, ce type d'alliance donne des résultats exceptionnels.

Hoffman explique dans son article comment cette grille de lecture lui permet de savoir mieux gérer ses relations et ses alliances. Elle l'aide aussi à déterminer le meilleur type d'alliance à établir avec un individu donné.

J'aime beaucoup sa "théorie des petits cadeaux", car elle fait écho à ce que jai écrit dans tous mes livres sur le Réseau. Laissons-lui la parole pour conclure: "Si votre but est simplement d'aider les autres, de les introduire auprès des bonnes personnes parce que vous pensez que c'est une bonne chose à faire, alors vous renforcerez rapidement votre réputation et vous étendrez l'univers de vos possibilités."

Commentaires

excellent..!
..donner sans chercher à recevoir..
une forme de lâcher-prise dans la relation à l'autre !
merci pour ce post sympa

Écrit par : LEPINOY | 24/06/2012

Bonjour, merci de partager cette théorie des petits cadeaux. Je vais prendre le temps de m'approprier cette grille de lecture qui nous invite à repenser les relations que les autres souhaitent entretenir tout comme notre propre positionnement envers chacune de nos relations. Seraient-elles parfois asymétriques ?

Écrit par : Lydie LOUSTALOT | 27/06/2012

Les commentaires sont fermés.