UA-41594785-1 Google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

recherche - Page 4

  • L'art de créer une relation forte et durable avec un inconnu du Réseau

    Différence.jpgSi vous aimez le story-telling, voici une histoire vraie qui devrait vous plaire: celle de Charles qui vient rencontrer, via le Réseau, le président d'une grande entreprise industrielle.

    "A peine introduit, je vis une secrétaire passer la tête par la porte d'un bureau adjacent et annoncer à son chef qu'elle n'avait pas de timbres pour lui aujourd'hui. "Je collectionne les timbres pour mon fils qui a douze ans" expliqua le président.

    J'expliquai le but de l'entretien et commençai à poser mes questions. Mais le président se montra extrêmement vague, réticent et nébuleux. Il ne désirait pas s'investir et rien ne l'incitait à parler. L'entrevue fut brève... et stérile.

    Franchement, je ne savais pas quoi faire. Alors je me souvins de la remarque de la secrétaire, des timbres et du fils...

    Le lendemain, je retournai voir cet homme. Je lui fis passer le message l'informant que je lui apportais des timbres pour son fils... Ah! mes amis, quel accueil! Il n'était que sourire et bonnes dispositions... Pendant trente minutes, nous avons parlé timbres, tout en regardant la photo de son fils. Puis cet homme important passa une heure à me donner tous les renseignements que je désirais, et que je n'avais même pas eu à lui demander. Après m'avoir révélé tout ce qu'il savait, il fit appeler certains de ses collaborateurs pour les interroger...Il me combla de rapports, de chiffres et de correspondants à contacter. Un triomphe sans précédent!"

    Cette histoire est tirée d'un livre célèbre publié en ...1936!

    Son titre: "Comment se faire des amis" de Dale Carnegie.

    Cet ouvrage est la Bible du Réseau. Je m'y replonge régulièrement avec toujours la même délectation. L'histoire ci-dessus se passe de commentaires. Elle est tout à fait d'actualité (en remplaçant les timbres par un passion de gamin de 12 ans d'aujourd'hui.)

  • Le droit de se planter

    bommelaer,réseau,réseautage,emploi,recherche,outplacement,dirigeants,Je viens de lire un livre intitulé "Grandeurs et misères des stars du Net" et je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous l'idée clé du bouquin.

    Les deux auteurs (Capucine et Marc) expliquent que les vedettes du Net ont commis de grosses erreurs et sont quelquefois passés à deux doigts de la catastrophe. Ces "stars" admettent en effet volontiers qu'elles ont péché par orgueil, par manque de réflexion ou par précipitation. Cet ouvrage montre clairement combien les échecs sont indiscociables de la réussite pour peu que l'on possède le courage d'en tirer des leçons et l'énergie pour rebondir.

    Le problème réside dans le fait qu'en France l'échec est mal considéré. Malheur au perdant, au cadre licencié et à l'entrepreneur qui fait faillite. Aux Etats Unis, c'est tout le contraire: on admet l'erreur car elle fait partie de l'apprentissage et de la prise de risque nécessaire dans le monde professionnel. Si l'on s'intéresse à la biographie de Steve Jobs, force est de constater qu'il s'est très souvent planté: l'Apple III, Lisa, Power Mac Spartacus, Mac G4 cube, etc... Il a été même viré de sa propre entreprise... Les auteurs citent aussi l'exemple de Richard Branson. On pourrait en lister beaucoup d'autres.

    En France, dès que vous échouez, vous êtes un loser, limite pestiféré. Dans les pays anglo-saxons, c'est le fait de ne jamais s'être planté qui est louche.

    Dans le monde de la recherche d'emploi, on trouve encore trop de recruteurs qui partagent cette vision négative de l'échec. Ces personnes n'ont jamais pris de risques et mettent toute leur énergie à sécuriser leur poste et leur carrière. Elles se permettent de juger sévérement les candidats ayant connu un accident de carrière. Il faut leur conseiller de lire ce livre pour leur faire comprendre que, comme le dit Bill Gates: "La réussite est une mauvaise maîtresse car elle fait croire aux personnes intelligentes qu'elles sont à l'abri d'une erreur".

    Ce qui a de bien avec le Réseau, c'est qu'il est beaucoup plus ouvert à l'échec si l'erreur a été porteuse de leçon.

  • Intelligence émotionnelle et Networking

    Lorsque l'on parle d'intelligence émotionnelle, on pense immédiatement à Daniel Goleman et à ses différents ouvrages sur le sujet.

    On oublie souvent les travaux de Reuven Bar-On et c'est dommage car c'est lui qui a mis au point le test du "quotient émotionnel" le plus sérieux.

    Ce test, auquel j'ai été certifié en 2008, est fondé sur la mesure des capacités à:

    - être conscient de soi

    - se comprendre et s'exprimer

    - être conscient des autres, les comprendre et entretenir de bonnes relations avec eux

    - faire face à des émotions fortes et au stress

    - s'adapter au changement et résoudre des problèmes de nature différente.

    Bar-On estime que l'intelligence émotionnelle est l'un des meilleurs facteurs explicatifs de la réussite d'un individu. La bonne nouvelle est que, contrairement au quotient intellectuel qui est quasi figé à vie, le quotient émotionnel peut se travailler et s'améliorer.

    Je constate, pour ma part, que c'est un bon indicateur pour évaluer la capacité d'un individu à bien utiliser le Réseau.

    En effet le Networking bien compris nécessite de réunir et d'utiliser les capacités listées ci-dessus par Bar-on. 

    En d'autres termes, la personne remarquablement intelligente au sens du QI mais dont le QE est faible risque d'obtenir des résultats décevants dans son activation du Réseau.

    Les recherches de E. Fishman et de E. Kerem publiés en 2001 dans le "Journal of Social and Personal Relationship" confirme mon constat fondé sur l'accompagnement de plus de 250 personnes en recherche d'emploi: pour que la rencontre Réseau soit fructueuse, il faut qu'il y ait une vraie satisfaction dans l'échange et, pour cela, il faut que les émotions positives s'expriment et passent.

    En d'autres termes, en phase d'activation du Réseau, utilisez toutes les ressources de votre intelligence émotionnelle. Et si ces ressources sont limitées, développez-les!