UA-41594785-1 Google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Témoignages - Page 6

  • Une belle histoire de Réseau

    réseau,bommelaer,recherche d'emploi,réseautage,networking,outplacement,dirigeantsCommençons la nouvelle année par une jolie histoire de Réseau.

    Il y a quelques années, Pierre-Henri, Directeur commercial dans une société de services, apprit qu'il était sur la "liste noire" de son président. L'information lui fut donnée par Laurence, une de ses relations réseau extérieure à l'entreprise, qui avait glané cette confidence dans un dîner en ville...

    Cette indiscrétion permit à Pierre-Henri de préparer au mieux sa négociation de départ et de ne pas être pris par surprise. Car même s'il percevait un vague malaise avec la direction, il refusait d'admettre qu'il puisse être congédié après tant d'années de bons et loyaux services..

    Pierre-Henri quitta l'entreprise et commença sa recherche d'emploi avec l'appui dun cabinet d'outplacement. Dans la phase d'activation du Réseau, il contacta Laurence et l'invita à déjeuner pour la remercier de l'avoir alerté sur le complot qui se tramait contre lui chez son dernier employeur. Quelques semaines après, elle l'appela pour le mettre sur une piste pour laquelle elle avait été contactée (par le Réseau) et à laquelle elle n'avait pas donné suite. Pierre-Henri décrocha le job après sept entretiens de recrutement.

    L'histoire ne s'arrête pas là puisque, deux ans plus tard, Laurence fut à son tour licencié. Ne bénéficiant pas d'un outplacement, Pierre-Henri proposa de lui donner un coup de main dans sa recherche d'emploi et s'organisa pour la voir tous les quinze jours à son bureau afin de lui faire bénéficier de ses conseils et de son réseau. Cerise sur le gâteau, c'est par une des connexions de Pierre-Henri que Laurence finit par décrocher un poste au bout de huit mois de recherche. 

    Bonne année et bon Réseau.

     

  • Le post du nouvel An

    Bonne année.jpgChers lecteurs,

    Je vous souhaite une excellente année 2013 sous le signe du Réseau, de l'entraide et du succès.

    Je profite de cette occasion pour rappeler les conclusions d'une célèbre et très longue étude menée sur une promotion d'élèves de Harvard. A la fin des années trente, une équipe de chercheurs a commencé à suivre  237 élèves de la Business School pour ne plus les lacher tout au long de leur carrière. En 2009, George Vaillant, le psychologue qui a rédigé les principales conclusions de cette étude, expliquait que: " la preuve est faite que nos relations avec les autres sont plus importantes que toute autre chose au monde pour expliquer le succès et le bonheur d'un individu".

    Dans leur ouvrage "Hapiness", les psychologues Ed Diener et Robert Biswass-Diener disent exactement la même chose lorsqu'ils proclament "autant que de nourriture et d'air, nous avons besoin de relations sociales pour nous épanouir".

    Le fait d'être entouré de personnes sur lesquelles nous pouvons compter - conjoint, famille, amis, collègues, réseau - nous permet de développer nos ressources physiques, intellectuelles et émotionnelles. Cela nous aide à mieux affronter les difficultés de la vie et à être capable de rebondir plus vite après un revers. Grâce à ces liens sociaux, nous accomplissons d'avantage de choses et nous avons une plus grande raison de vivre et d'avancer. En résumé, le Réseau est au coeur de la réussite et du bonheur. En doutiez-vous?

     

     

  • Comment sortir de Harvard et rater sa vie

    réseau,bommelaer,networking,réseautage,l'espace dirigeants,Je vous présente Shawn Achor. Shawn est professeur à Harvard et il a écrit un livre intitulé: "The Happiness Advantage". C'est un des disciples de Tal Ben Shahar.

    Laissons la parole à Shawn qui parle de ses étudiants:

    "Depuis le jardin d'enfants, ils sont dans les 1% qui figurent en tête de la classe. Ils trustent les prix et pulvérisent les records...Puis ils entrent à Harvard et pénètrent pleins d'assurance dans le réfectoire à la Poudlard...et la prise de conscience est terrible: 50% d'entrent eux vont mécaniquement naviguer en dessous de la moyenne...Cette pression les incite à se replier sur eux-mêmes, à s'éloigner de leurs amis, de leur famille et de leur réseau social au moment où ils ont le plus besoin de ces soutiens. Ils oublient de manger, s'enferment dans leur chambre ou à la bibliothèque pour n'en sortir qu'à l'occasion d'une soirée...dans laquelle ils ingurgitent trop de bière...

    Comme tant de personnes dans la société actuelle, ils ont retenu les mauvaises leçons alors qu'ils ont a priori les meilleures ressources éducatives pour réussir. Ils ont appris des formules de mathématiques et de chimie. Ils ont lu les meilleurs ouvrages, connaissent parfaitement l'histoire mondiale et maîtrisent plusieurs langues. Mais on ne leur a jamais enseigné la façon de maximiser leur potentiel cérébral, ni comment trouver le bonheur et un sens à leur vie... Dans leurs recherche de l'excellence, ils se sont isolés de leurs condisciples et de leurs proches, se privant ainsi de leurs précieux systèmes de soutien...

    Il arrive que des personnes brillantes se comportent en parfaits imbéciles. Sous la dictature du stress, au lieu d'investir dans leur réseau de soutien, source de réussite et de bonheur, ils le mettent au rebut. Il n'est plus nécessaire de démontrer que les rapports sociaux constituent le meilleur garant d'un plus grand bien-être et d'une réduction du stress, d'aintidépresseur et de facilitateur de succès...

    Ces éléments les plus doués sacrifient bêtement le bonheur à la réussite parce que, comme pour beaucoup d'entre nous, on leur a inculqué l'idée que s'ils travaillaient dur, ils réussiraient et que ce n'est qu'une fois qu'ils auraient réussi qu'ils seraient heureux...De nouvelles études en psychologie et en neurosciences le prouvent, c'est dans l'autre sens que la formule fonctionne: on réussit mieux quand nous sommes plus heureux et plus positifs."

  • Un atout indispensable

    bommelaer,réseau,networking, l'espace dirigeants,Jeudi dernier, j'ai été invité à donner une conférence sur le thème du "Réseau, atout indispensable dans un parcours professionnel réussi" devant les cadres de la filiale française d'une célèbre société internationale.

     

     

    A la fin de mon intervention, la présidente de la société a pris la parole pour conclure et nous a raconté l'histoire suivante:

    "Il y a quelques années, je participais à un séminaire international de la société aux Etats Unis et, dans le cadre d'un groupe de travail, il a été demandé aux participants de cartographier leur réseau. En me creusant la tête, je suis arrivée à dessiner difficilement un maigre réseau aux quelques branches éparses. De leur coté, certains collègues internationaux présentèrent de magnifiques toiles d'arraignées aux nombreuses ramifications. Ce fut un choc. A mon retour à Paris, je me suis mis à faire du Networking. De façon sérieuse et systématique. Et depuis, je n'ai jamais arrêté."

    Ce témoignage illustre parfaitement la façon dont nous vivons le Réseau. Personne ne nous l'apprend au départ. Nos parents ne nous en parlent pas. L'école ne nous l'enseigne pas. Les écoles de commerce, les écoles d'ingénieurs et l'université ne s'y intéressent pas. On apprend le Networking sur le tas et sur le tard. Il faut souvent un déclic pour comprendre son importance dans la réussite professionnelle. Dans le témoignage que je viens de citer, c'est un séminaire international qui a produit la révélation. Pour d'autres, il s'agira d'une conférence. Pour la plupart, ce sera le choc d'une rupture professionnelle.

     

     

  • Le bon réflexe

    Disruption.pngDidier, 52 ans, patron de Business Unit expérimenté, est en recherche d'emploi depuis 6 mois lorsqu'en avril dernier il décroche un job de Directeur EMEA chez M, une entreprise américaine. Pendant sa transition de carrière, Didier a rencontré 93 personnes via la démarche Réseau. Et c'est un de ces contacts Réseau qui l'a mis sur la piste ayant débouché sur son nouveau poste.

    Fin juin 2012, juste avant la fin de sa période d'essai, Didier reçoit un coup de fil de son patron américain. Ce dernier l'informe que la société M achète un de ses principaux concurrents et que, de ce fait, le poste de Directeur EMEA est confié à une personne de l'entité absorbée! L'américain est désolé pour Didier but business is business.

    Didier encaisse le coup et prend acte de cette décision contre laquelle il ne peut hélas rien faire.

    Il lui faut un weekend pour digérer la nouvelle et dès le lundi matin, il:

    - envoie un mail, avec son Cv réactualisé, à son fichier de chasseurs de têtes français, américains, anglais, belges et suisses

    - réactive 55 contacts Réseau prioritaires - par téléphone et par mail - pour leur annoncer cette nouvelle et leur signaler qu'il est à nouveau disponible.

    Parallèlement, Didier reprend des rendez-vous Réseau et chasseurs en juillet.

    Le 24 juillet, une des 55 personnes prévenues l'appelle pour lui indiquer que la société anglaise D cherche son patron EMEA. Les entretiens se déroulent par téléphone et en face à face fin juillet et pendant le mois d'août et Didier obtient le poste. Le contrat est signé dans la foulée et la prise de poste s'effectue demain, 10 septembre.

    Commentaires:

    1) Didier a pris un coup sur la tête fin juin mais il a eu le bon réflexe de réactiver immédiatement sa recherche d'emploi avant l'été.

    2) C'est tout le travail Réseau effectué par Didier qui a payé deux fois de suite puisque c'est à chaque fois un de ses contacts qui l'a mis sur la piste du nouveau job.

    3) Le Réseau en recherche d'emploi se construit lentement. Mais, une fois qu'il est bâti, il donne des résultats et surtout il peut se réactiver efficacement dans un temps très court.