UA-41594785-1 Google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bonnes pratiques Réseau - Page 3

  • En matière de Réseau, l'heure c'est l'heure !

    l'heure.jpgLe Networking est avant tout une question de chimie humaine. De chimie fine. La plupart du temps, lorsque l'on parle de Réseautage, on s'intéresse en priorité à la technique et à l'action du solliciteur.

    Je vous propose de changer, pour une fois, d'angle de vue et de nous focaliser sur un point particulier du vécu de la personne qui reçoit le réseauteur lors d'un rendez-vous.

    Cet élément souvent oublié, c'est la PONCTUALITÉ.

    "Élémentaire, mon cher Watson" allez vous me dire. Et vous allez poursuivre en soulignant justement que : "Bien sûr, la ponctualité est une évidence : il faut arriver à l'heure au rendez-vous Réseau !"
    Vous avez raison : c'est une évidence. mais je ne parle pas de cette ponctualité-là... qu'il n'est plus besoin de rappeler.
    Je veux évoquer l'obligation absolue de ne pas se faire annoncer trop tôt.
    Car, pour un contact Réseau, c'est souvent énervant de se faire appeler par l'accueil et d'entendre : "Monsieur Macheprot est là et il me dit qu'il a rendez-vous avec vous".
    Et de constater que Macheprot a 15 minutes d'avance... Quand ce n'est pas 30 minutes !

    Autant dire que la première impression n'est pas positive. Or cette première impression est cruciale pour la réussite de l'entretien Réseau.
    Si ensuite vous demandez à Macheprot pourquoi il est arrivé en avance, vous aurez peut être droit à cette perle : "Je pensais que vous seriez peut être inoccupé, aussi j'ai tenté ma chance."

    Moralité, en matière de rendez-vous Réseau, l'heure c'est l'heure.
    Avant l'heure c'est pas l'heure.
    Après l'heure, c'est trop tard.

  • Stratégies absurdes en recherche d'emploi

    réseau,réseautage,networking,bommelaer,outplacement,enjeux,jobs,emploi,dirigeants,

     

    Connaissez-vous le livre « Les stratégies absurdes » de Maya Beauvallet ? C'est un ouvrage très intéressant, plein d'enseignements.

    Le sujet de la recherche d'emploi n'y est pas abordé, c'est dommage car, en la matière, il y a beaucoup de stratégies absurdes à déplorer chez les candidats en transition de carrière. Examinons-en quelques unes.

    Une première stratégie absurde consiste à se fixer des objectifs inatteignables. Par exemple :

    -  trouver un nouveau job en moins d'un mois
    - répondre à 100 offres d’emploi par semaine
    - rencontrer en face à face tous les chasseurs ciblés dans tous les grands cabinets de chasse de la place
    - faire 15 entretiens Réseau par semaine.

    Une autre stratégie absurde consiste à concentrer tout son temps et toute son énergie sur un seul vecteur de recherche d’emploi (les chasseurs de têtes, par exemple) en occultant tous les autres. Car la recherche d’emploi n’est pas une science exacte et on ne sait jamais d'où viendra la piste du bon job.

    Un autre absurdité est de ne pas avoir de profil sur LinkedIn (et Viadeo), à une époque ou ces deux plateformes sont devenues absolument incontournables.

    Mais la plus belle et la plus classique des stratégies absurdes est de ne pas faire du tout de Réseautage alors qu'il est établi qu'entre 70 et 90% des jobs (pour un cadre confirmé) passe par le Réseau !

    Moralité : évitez les stratégies absurdes, car elles sont synonymes d'échec programmé.

  • Dans le Réseau, il n'y a pas que des bisounours

    réseau,networking,réseautage,enjeux,dirigeants,outplacementDans le Réseau, on rencontre le plus souvent des personnes bienveillantes. Des "piles" qui dynamisent, des "ampoules" qui éclairent, des "déclics" qui boostent.

    Mais, comme le disait l'un de mes oncles: " Dans la vie professionnelle, on rencontre aussi des vieux cons et des jeunes cons. Toute la difficulté étant de travailler avec ceux qui ne font pas partie de ces deux catégories."

    Il avait raison. On en a tous côtoyé des vieux cons et des jeunes cons.

    Mon oncle avait cependant oublié d'autres catégories de cons: les gros cons et les sales cons.

    Si j'applique cette grille de lecture au Réseau, je constate qu'elle fonctionne.

    En effet, dans le Réseau, on rencontre:

    - des jeunes cons qui se distinguent par leur maladresse, leur arrogance et leur manque d'éducation;

    - des vieux cons enkystés dans leurs croyances artériosclérosées

    - des gros cons, lourds et souvent dépourvus de toute intelligence émotionnelle

    - des sales cons, pervers, malfaisants, toxiques.

    Le problème, hélas, n'est pas seulement de les éviter ou de les écarter de son réseau.

    La plus grande difficulté est de ne pas entrer dans une de ces catégories !

    Et, croyez-moi, cela n'est pas gagné. C'est un peu comme le triangle de Karpman, on peut très bien passer d'un registre à l'autre sans s'en rendre compte. Le tout dans une seule journée, en fonction des interlocuteurs et des circonstances.

     

     

  • Transparence impérative

    bommelaer,réseau,réseaux,networking,réseautage,transparence,outplacement,enjeux,dirigeantsMartine est en recherche d'emploi depuis trois mois et son activation du Réseau fonctionne bien puisqu'elle arrive à rencontrer en moyenne sept personnes par semaine. En avril, elle se retrouve, ce qui est assez classique, avec trois personnes différentes à contacter chez AXA. Elle obtient les rendez-vous et rencontre les trois interlocuteurs. Mais, elle omet de dire au troisième contact qui la reçoit le fait qu'elle a déjà rencontré deux de ses collègues...

    La sentence tombe quelques jours plus tard lorsqu'elle reçoit un coup de fil de ce troisième interlocuteur qui lui reproche vertement son manque de transparence. Celui-ci est d'autant plus furieux qu'il avait apprécié l'entretien avec Martine et qu'il était disposé à l'aider! La preuve : il avait parlé d'elle à plusieurs de ses pairs. Et il n'a pas du tout apprécié que l'un d'eux lui réponde : "Je la connais! Elle est venue me voir il y a trois semaines. Elle ne te l'a pas dit?" Devant cette interrogation, sa mâchoire s'est subitement décrochée et sa bouche désarticulée n'a pu laisser échapper qu'un immonde borborygme signifiant peu ou prou: "Ben non".

    Le Réseau apprécie tout particulièrement la transparence. Aussi, lorsque vous réseautez soyez très attentif à être clair, honnête et transparent dans votre discours et dans vos actes.

     

  • Rebondir après une période d'essai non concluante

    Gorille.jpgLorsque, après une intensive campagne de recherche, le bon job est enfin trouvé, il faut encore traverser la période d'essai avec succès. Or, les professionnels de l'outplacement le constate: en 2014, les périodes d'essai sont devenues plus aléatoires. Quelquefois parce que la greffe ne prend pas; de plus en plus souvent parce que l'entreprise est confronté à un problème et doit soudainement alléger sa structure. Dans ce cas, elle applique la bonne vieille méthode LIFO (Last In, First Out).

    Pour le candidat pour qui tout se passait parfaitement, le coup est dur à encaisser.

    Le bon job difficilement décroché s'évanouit en quelques heures et il faut se remettre à chercher un nouveau poste! 

    Il faut REBONDIR. C'est ce qu'à fait Didier récemment. Voici les 6 conseils qu'il nous donne pour relancer avec succès une démarche de recherche de job:

    1) digérer l'échec avant de ré-attaquer le marché et se reconnecter au Réseau. Cela peut prendre quelque jours.

    2) Préparer et peaufiner le discours que l'on va tenir au marché et au Réseau. On peut ainsi présenter le dernier poste éphémère comme une mission si l'employeur est d'accord avec cette version.

    3) Mettre à jour tous ses outils (CV, fiche contact, profils sur Internet, etc.)

    4) Envoyer un Cv à jour aux chasseurs de têtes en mentionnant la dernière expérience.

    5) Alerter tous ses contacts Réseau de la nouvelle situation. Ceux qui étaient au courant du nouveau job. Et ceux qui n'étaient pas encore avertis à qui il faut tenir le discours de la mission qui s'achève.

    6) Garder la foi, avoir confiance, croire en soi et en son destin. 

    Didier a retrouvé rapidement un nouveau job. Il a envoyé un mail personnalisé à 60 personnes qu'il avait rencontrées les mois précédents. La majorité des destinataires a répondu avec un mot sympathique. Et, in fine, un mois après son mailing, un des individus - un lien faible - qui n'avait pas pris la peine de répondre - lui a signalé que tel dirigeant était à la recherche d'un bras droit et qu'il serait bon de l'appeler. Quelques semaines plus tard Didier signait un CDI.