UA-41594785-1 Google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Généralités Réseau - Page 3

  • La chance d'une rencontre

    bommelaer,réseau,rencontre,outplacement,networking,enjeux,dirigeantsDans la vie, tout est une affaire de rencontres : le destin peut basculer grâce à une simple échange. Tous les chanceux vous le diront, la chance tient souvent à une rencontre.

    En effet, chaque nouvelle rencontre constitue une opportunité et représente l'occasion de recevoir quelque chose qui nous manque. Parce que dans chaque rencontre est contenue la promesse d'une découverte.

    La recherche d'emploi est un terrain de jeu particulièrement propice aux rencontres. 

    Réfléchissez à tous les postes que vous avez occupés. Comment les avez-vous décrochés? Dans la plupart des cas, vous constaterez que c'est une suite de rencontres heureuses qui vous a permis de trouver un emploi ou de changer de job.

    Comme le dit Jean-Christophe Anna: "Nous sommes tous candidats à vie". Aussi, le meilleur moyen de préserver notre employabilité, notre attractivité et notre visibilité sur le marché de l'emploi, c'est de développer et entretenir notre réseau.

    Le risque est de s'endormir sur ses acquis, de négliger ses relations et de ne plus faire de nouvelles rencontres. Le danger est de voir ses contacts se réduire comme une peau de chagrin, par manque de temps, manque de discipline et manque d'énergie.

    Quel que soit votre age et votre situation, vous devez continuellement réseauter en fonction de vos objectifs. C'est crucial pour les plus jeunes qui entrent dans le monde professionnel. C'est important pour les cadres confirmés qui doivent toujours penser à la prochaine étape. Et c'est fondamental pour les seniors qui voient leur réseau partir par pans entiers à la retraite.

    Le Réseau, c'est maintenant. C'est toujours et c'est partout.

     

  • Les 10 plus grosses erreurs de réseautage

    réseau,bommelaer,dirigeants,emploi,enjeux,outplacement,networkingTous les spécialistes de la gestion de carrière s’accordent pour considérer que le Réseau est un atout clé pour réussir sa carrière, trouver un bon job, traverser les crises sans trop de casse et détecter les opportunités d’évolution. Le problème réside dans le fait que beaucoup de réseauteurs font des erreurs de débutants dans cet art difficile mais ô combien important. Voici une liste non exhaustive des pires pratiques en matière de Networking :  

    Le réseautage kleenex

    Le profiteur qui utilise les contacts réseau quand il en a besoin et les jette quand ils ne lui servent plus.

    Le réseautage torticolis

    La personne intéressée qui ne fait du Networking qu’avec des personnes placées plus haut que lui et qui méprisent ses pairs et ses « inférieurs ».

    Le réseautage cocooning

    Le réseauteur prudent qui limite son action au petit cercle capitonné et douillet de ses amis proches et de ses intimes.

    Le réseautage « à la hussarde »

    La personne qui harcèle ses interlocuteurs sans relâche en effectuant des demandes maladroites et inopportunes. 

    Le réseautage « salon de thé »

    L’individu hyper-sociable qui fait du réseau sans objectif et sans rien demander aux autres. 

    Le réseautage chef comptable

    Le networker qui comptabilise ce qu’il donne et ce qu’il reçoit. Et qui a toujours l’impression qu’il donne plus qu’il n’obtient. 

    Le réseautage de clones

    La personne qui ne réseaute qu’avec ses clones sans se rendre compte qu’il est devenu hémiplégique. 

    Le réseautage invisible

    Le réseauteur inquiet qui désire être le moins visible possible dans le Réseau en appliquant le principe « Pour être heureux, vivons caché ». 

    Le réseautage souriphile

    Le roi de l’ordinateur et du Net qui se contente de contacts virtuels et ne rencontre jamais personne en face à face. 

    Le réseautage pas du tout

    L’isolé qui croit que la compétence technique est suffisante pour préserver son job et lui assurer la carrière qu’il vise.

  • Etre connecté ou ne pas être

    bommelaer,dirigeants,outplacement,réseau,networking,réseautage,enjeux,emploi,job,recrutementLorsque qu'un cadre supérieur ou dirigeant commence à psychoter sur la pérennité de son job, il a hélas tendance à plonger le nez dans le guidon et à pédaler comme un dératé shooté à l'EPO.

    Normal, c'est ce qu'on lui a appris à l'école: quand cela va mal, il faut plus travailler.

    Seul inconvénient, ce qui a marché à l'école ne fonctionne pas dans le monde professionnel.

    L'erreur en période de turbulences consiste à se ratatiner sur ses tâches quotidiennes et à prendre la posture du gentil élève soumis, barricadé  derrière un mur de dossier urgents à traiter.

    C'est justement quand le bateau tangue qu'il faut plus que jamais se montrer actif et visible auprès de son réseau. Non pas auprès de ses liens forts mais dans ses différents cercles de "liens faibles". Depuis les travaux de Mark Grannovetter, les professionnels du Networking le savent, ce sont les liens éloignés qui, lorsqu'ils sont activés ou réactivés, donnent les meilleures idées, informations, pistes et collaborations.

    Michael Lee Stallard, auteur du livre Fired Up or Burn Out, explique combien la connectivité est cruciale dans ce type de situation.

    Trois raisons à cela:

    1. la connectivité constitue une force puissante créatrice d'un lien positif entre les gens, et génère aide et soutien en cas de besoin;

    2. elle permet d'obtenir le meilleur des individus. Elle les dynamise, les rend plus confiants et résilients pour faire face aux difficultés professionnelles;

    3. si elle varie grandement d'un individu à l'autre, elle peut facilement s'améliorer si l'on y consacre de l'énergie et du temps.

    Conclusion: plus vous serez connecté, mieux vous serez armé pour affronter les vicissitudes de la vie professionnelle . 

    Aussi, pensez à entretenir votre réseau en permanence. Pour qu'il soit proche de vous au moment où vous en aurez besoin.

  • Networking - How Much?

    bommelaer,dirigeants,networking,réseautage,réseauter,réseaux,réseaux sociaux,enjeux,jobsearch,If you strongly believe that your career is guaranteed because you went to the right school or because you have specific knowledge in a technical field, you’re in for a surprise. Careers aren’t linear anymore: networking for career opportunities is more important than staying the course. Networking has become an essential skill in all walks of life and it abides by 80/20 rule: amateurs will reach 20% of their goals while efficient networkers just might reach 80% of their goals. 

    Networking like a pro means doing it a few hours a week. Write it down on your agenda and stick to it. This will be crucial in organizing the forthcoming weeks, contacting your network, scheduling appointments, getting updates from your network and offering your assistance to anyone who may need within your network of contacts. Professional Networking also means having a plan: an end-goal for the forthcoming semester and a list of the necessary steps to achieve that goal. To be fair, professional Networking can quickly become time-consuming; but the 2+2+1 rule will help you to buy time.

     How? Use lunch time to boost your Networking opportunities by: 

    Never eating alone

    - Not having lunch with the same people

    - Spending one lunch per week with close colleagues (boss, subordinate, that’s the people you usually have lunch with)

    - Having lunch with people from another company (clients, suppliers, ex-colleague, journalist…) twice a week

    - Having lunch with people from your company but from another service or department (people from another service, a distant colleague)

    - Try it and put it use. Test the 2+2+1 rule and just for 4 to 8 weeks: you’ll be amazed at how enriching it’ll prove to be in terms of ideas, contacts, information and more.

    So, now, what do you choose? Networking? Or Not Working? Don't hesitate too long.

  • Réseau et bien être

    S'épanouir.jpgDans "S'épanouir", son dernier livre, Martin Seligman revient sur le concept du "bonheur authentique" pour en souligner les limites et suggère de le remplacer par celui du "bien être".

    Selon le Pape de la psychologie positive, le bien être a cinq composantes:

    - Meaning

    - Engagement

    - Accomplishment

    Positive Emotion

    - Positive Relationships

     

    Il est intéressant de constater que ces cinq critères sont au coeur d'un Réseautage réussi. La preuve:

    1) Le Réseau demande en effet de donner du sens à son action. Au démarrage, il s'agit de se donner un objectif précis. Au fil du temps et de l'expérience, le Réseautage va prendre un sens plus fort et plus profond inspiré des valeurs qui animent cette démarche profondément humaine.

    2) Le Réseautage commande également de s'engager pleinement dans celle-ci. Si ce n'est pas le cas, on réseaute en amateur, à la papa, à la petite semaine; on fait du Réseau "salon de thé". Et cela ne marche pas.

    3) Le Networking n'est considéré comme efficace que s'il abouti à un résultat. Un résultat pour soi et un résultat pour l'autre ou les autres. Le Réseau est avant tout un système "gagnant-gagnant". Je vous conseille de lire et relire "Les lois fondamentales de la stupidité humaine" pour vous en convaincre.

    4) Le Réseau crée une émotion positive. Cette émotion est différente selon les individus et des situations. Stephen Post, ami de Seligman, racontait ainsi une anecdote de son enfance. Lorsque sa mère le voyait de mauvaise humeur, elle lui disait: "Stephen, au lieu de faire la tête, pourquoi ne vas-tu pas aider quelqu'un?"

    5) Le Réseau qui fonctionne se bâtit sur des relations positives. Il s'oppose à la solitude. Comme le dit Seligman: "L'autre est le meilleur antidote aux difficultés de la vie et le compagnon le plus sûr de ces joies". A condition, bien sûr de fuir, les toxiques et de ne cotoyer que des gens positifs.