UA-41594785-1 Google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

outplacement - Page 16

  • Peut mieux faire - un bêtisier pour s'amuser un peu

     

    Chat souriant.jpg

     

     Voici quelques grands moments de Réseau vécus pour vous faire sourire en fin de semaine. Ces histoires sont véridiques et nous rappellent, en creux, quelques bonnes pratiques du Networking.

     

     

    Place aux meilleurs artistes :

    Le réseauteur "ponctuel" qui se présente à 9h00 à son rendez-vous Réseau de 14h00, pendant que son rendez-vous de 9h00 l'attend à l'autre bout de Paris...

    Le networker "gourmand" qui, avant son rendez-vous réseau de 14h00 a la bonne idée de manger rapidement un plat de spaghetti bolognaise et qui arrive à l'entretien la chemise blanche zébrée de traces oranges... 

    Le réseauteur "assertif" qui me contacte de la part d'une de mes relations pour me demander un rendez et qui ne sait pas pourquoi il veut me voir et ne sait pas ce que je fais comme métier...

    Le networker "organisé" qui m'appelle de la part d'une personne que je ne connais pas et qui, suite à mon étonnement, m'explique en rigolant qu'il a mélangé les noms de ses recommandations...

    Le réseauteur "concis" qui, lors d'un entretien Réseau, propose de se présenter rapidement et qui raconte son parcours, sa vie et son oeuvre en 55 minutes chrono...

    Le networker "positif" qui vient me rencontrer pour comprendre pourquoi le Réseau ne fonctionne pas pour lui et qui se présente en 5 minutes en expliquant que tous ses précédents employeurs étaient de sombres imbéciles avec lesquels il s'était, à chaque fois, engueulé...

    Le réseauteur "bonne année" qui m'envoie ses vœux par courrier postal et qui se trompe de carte : en ouvrant l'enveloppe, je tombe sur un "Chère Michèle"...

    Le networker "heureux" qui, ravi d'avoir obtenu un rendez-vous physique avec son interlocuteur au bout du fil, raccroche triomphalement sans avoir pensé à avoir donné son nom, son numéro de portable, et sans avoir vérifié l'adresse du rendez-vous...

    Le réseauteur "ouvert" qui ne croyait pas du tout au réseau et qu'une bonne âme a fortement incité à venir me voir en lui disant: "c'est vraiment ta dernière chance pour changer d'avis sur l'intérêt du Networking"...

    Bon Réseau !

     

     

  • Un drôle de zozo dans le Réseau

    réseau,networking,zozo,outplacement,bommelaer,emploi,job,dirigeant,cadreTémoignage étonnant d'une réseauteuse aguerrie à l'assaut d'un fleuron du Cac 40.

    "Je cible une très grande entreprise française dans laquelle une grande majorité de cadres supérieurs ou dirigeants adorerait travailler.

    Bien évidemment, les décideurs de cette noble institution sont longs à approcher et la démarche Réseau prend un certain temps avant d'aboutir au résultat recherché.

    Mais j'ai lu et stabilossé les bons auteurs et j'applique la méthode Réseau avec rigueur. Je sais être persévérante et patiente lorsque l'enjeu en vaut la peine.
    Mes efforts finissent par payer car, grâce à une solide recommandation, un de mes interlocuteurs ciblés accepte de me recevoir : bingo !
    Le rendez-vous a lieu le jour J et mon hôte m'écoute avec attention et me consacre une bonne grosse heure de son temps précieux. Je sors de cette entretien avec la pèche, le sentiment d’avoir intéressé cette haute sommité et la certitude qu'il va  faire ce qu'il a promis : m'aider à intégrer rapidement le processus de recrutement du groupe.

    Malheureusement, la belle histoire vire à la grosse déception quand, dans les mois qui suivent, mes appels et emails restent sans réponse. Plus de son, plus d'image. 
    Quelle n’est pas ma surprise lorsque, peu à peu, par recoupements, je découvre que tous ceux qui, comme moi, l'ont rencontré en Réseau ont bénéficié du même traitement. L'explication : le placard !
    E
    n clair, mes infortunés camarades et moi avons permis à ce dirigeant placardisé d’occuper ses journées et de remplir le vide sidéral de son agenda."

  • Jobfinder.fr : un avantage concurrentiel dans votre recherche d'emploi


    logo-fond.pngPour les cadres supérieurs et dirigeants en recherche d'emploi, il existe maintenant jobfinder.fr
    Que peut-on en dire? 

    Cette plateforme répond à un objectif : faciliter et accélérer la recherche d'un nouveau job en faisant gagner du temps à son utilisateur. Elle permet en effet de centraliser tous les paramètres d'une recherche d'un poste dont, en particulier, la dimension Réseau.
    Logé dans le cloud, jobfinder.fr est accessible d'un PC, d'une tablette ou d'un mobile. Une fois abonné à cet outil, on peut :
    - gérer dans un seul espace dédié toutes les données de la recherche d'un job : pistes, contacts, réseau, documents, annonces, entretiens ; et de relier ces différents éléments entre eux;
    - consulter une sélection de conseils pour mener une recherche d'emploi efficace
    - importer des modèles de courriers et courriels types
    - avoir accès à des fichiers très pointus et mis à jour hebdomadairement de chasseurs executives, français, anglais, belges et bientôt suisses.
    Il faut cependant reconnaître que cette plateforme n'est pas parfaite. En effet, elle est collaborative et s'améliore de façon permanente grâce aux commentaires de ses clients. 
    On peut regretter qu'elle ne soit pas gratuite. Seul le premier mois d'essai est gratuit. Ensuite, l'abonnement est de 60 euros pour une période de 6 mois (soit 10 euros par mois). 
    L'explication est que jobfinder.fr ne fait aucune publicité publicité et couvre donc les frais de développement et d'hébergement sécurisé grâce aux abonnements.
    En conclusion, il est clair que jobfinder.fr ne peut convenir à tout le monde. En effet ceux qui ont déjà monté leur propre système en jonglant avec différents outils bureautiques et les candidats peu organisés et adeptes du papier/crayon pour assurer le suivi de leur recherche d'emploi ne trouveront aucun intérêt à s'abonner. 
    Sauf peut être pour l'accès aux fichiers des chasseurs de têtes et aux fiches outils et conseil.

     

  • Puisque je vous dis que le Réseau, cela ne marche pas !

    réseau,réseautage,networking,bommelaer, enjeux,dirigeants,outplacement,job,emploi,recherche d'emploiLorsqu'au début du XXIe siècle, j'ai découvert l'exceptionnelle puissance du Networking, j'ai commencé à donner de magnifiques conférences sur ce noble sujet et ces apparitions publiques, dont l'audience aurait pu tenir dans une cabine téléphonique, ont généré quelques rares demandes de "rendez-vous Réseau".

    Un jour, je vois arriver à mon cabinet un "réseauter forcé", vous savez ce type de personne à qui on a dit : "vas-y donc le voir, c'est un monsieur qui se dit grand spécialiste du Networking, ton cas n'est peut être pas complètement désespéré !"

    Monsieur Bison - appelons-le Monsieur Bison - s'assoit en face de moi, les bras croisés, les jambes croisées, dans l'attitude typique de la personne ouverte aux bons conseils.

    Il m'explique que, dans le cadre de sa recherche d'emploi, malgré toutes les recommandations insistantes de ses amis, il ne veut pas faire de Réseautage parce que "le Réseau cela ne marche pas."

    Prenant mon ton le plus docte du "grand Sachant" depuis peu, je m'efforce de reprendre l'histoire du Réseau depuis Jésus Christ et de lui démontrer de façon scientifique, mathématique, psychologique et épidémiologique que le Networking a toujours fonctionné, fonctionne encore et fonctionnera toujours, et cela jusqu'à la nuit des temps.

    Devant son air renfrogné, sa moue dubitative, son œil torve, sa façon compulsive de se tirer la chaussette gauche, ma subtilité épidermique me susurre suavement dans la pavillon de l'oreille que je n'ai pas réussi à le convaincre. 

    Je tente un nouvel essai, j'appelle les grands hommes du Réseau à mon aide : John Kennedy, Benjamin Franklin, Clémenceau, Edgar Faure, Adamo, etc. Ce puissant renfort n'ébranle en rien mon interlocuteur qui, derrière un mutisme désabusé, campe sur sa position.
    De guerre lasse, je lui assène une dernière question ouverte, légèrement liftée, le long de la ligne : "Monsieur Bison, pourquoi n'essayez-vous pas une fois. Juste une fois ? Pour voir ?" 

    Il me sert alors l'argument massue brisa ma patiente argumentation :

    "Dans ma boite, je connais un gars qui a fait du Réseau. Ben, ça n'a pas marché. Ben ouais, il est mort en arrivant à son premier rendez-vous. Crise cardiaque !"

  • En matière de Réseau, l'heure c'est l'heure !

    l'heure.jpgLe Networking est avant tout une question de chimie humaine. De chimie fine. La plupart du temps, lorsque l'on parle de Réseautage, on s'intéresse en priorité à la technique et à l'action du solliciteur.

    Je vous propose de changer, pour une fois, d'angle de vue et de nous focaliser sur un point particulier du vécu de la personne qui reçoit le réseauteur lors d'un rendez-vous.

    Cet élément souvent oublié, c'est la PONCTUALITÉ.

    "Élémentaire, mon cher Watson" allez vous me dire. Et vous allez poursuivre en soulignant justement que : "Bien sûr, la ponctualité est une évidence : il faut arriver à l'heure au rendez-vous Réseau !"
    Vous avez raison : c'est une évidence. mais je ne parle pas de cette ponctualité-là... qu'il n'est plus besoin de rappeler.
    Je veux évoquer l'obligation absolue de ne pas se faire annoncer trop tôt.
    Car, pour un contact Réseau, c'est souvent énervant de se faire appeler par l'accueil et d'entendre : "Monsieur Macheprot est là et il me dit qu'il a rendez-vous avec vous".
    Et de constater que Macheprot a 15 minutes d'avance... Quand ce n'est pas 30 minutes !

    Autant dire que la première impression n'est pas positive. Or cette première impression est cruciale pour la réussite de l'entretien Réseau.
    Si ensuite vous demandez à Macheprot pourquoi il est arrivé en avance, vous aurez peut être droit à cette perle : "Je pensais que vous seriez peut être inoccupé, aussi j'ai tenté ma chance."

    Moralité, en matière de rendez-vous Réseau, l'heure c'est l'heure.
    Avant l'heure c'est pas l'heure.
    Après l'heure, c'est trop tard.